• mer. Sep 22nd, 2021

La COMIFAC update durant 5 jours, une cinquantaine d’experts, journalistes et communicateurs des pays de son espace.

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Août 1, 2021

La COMIFAC a fait un recours aux journalistes pour promouvoir son plan de communication en vue de sa participation aux grands événements internationaux prévu cette année 2021, car c’est aux grands événements internationaux que l’Afrique centrale doit faire entendu sa voix. L’implication des journalistes aura un impact à coup sûr réel pour éviter que l’Afrique centrale ne soit cette orpheline qui ne sais que se plaindre.

Organisé à Brazzaville, avec le soutien financier de la GIZ, coopération allemande, la COMIFAC (commission des Forêts d’Afrique Centrale), l’Atelier sous-régional d’accompagnement de la mise en œuvre de la stratégie de communication de la COMIFAC, de ses pays membre et partenaires dans le cadre des grands événements internationaux a pris fin ce 30 juillet 2021. Ayant réuni une cinquantaine d’experts, journalistes et communicateurs des 10 pays de l’espace COMIFAC. Les travaux de l’atelier se sont déroulés en présentiel et en visioconférence en raison de la pandémie de la Covid-19.

Durant cinq (5) jours de travaux, les participants ont appris à mieux établir un plan de communication et avoir un document de référence qui pourra promouvoir les forêts du bassin du Congo et de l’Afrique centrale, afin que ces communicateurs-journalistes l’utilisent dans leurs medias, pays ou institutions.

Évoquer lors de la journée d’ouverture, LA COMIFAC semble souffrir des quelques maux de visibilité ; à entendre M. Roger PHOLO (chargé de communication adjoint du Réseau des Communicateurs pour l’Environnement et l’Information en Afrique Centrale “RECEIAC” ) : Nous journalistes-communicateurs nous devons continuer à travailler pour que la COMIFAC puisse être visible et que les Etats contribuent de manière permanente, car le grand problème réside au niveau des contributions, beaucoup d’Etats ne contribues pas, sinon contribue peu, que les Etats ne soient pas dispersés, c’est aujourd’hui l’occasion à tous les Etats de l’Afrique centrale de mettre la main dans la patte pour que la visibilité de la COMIFAC soit effective, aussi à la COMIFAC de bien utilisé les fonds pour faire ce qui est faisable pour sa visibilité.

Mme Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo, Coordinatrice Technique de la Commission Climat pour le Bassin du Congo, à son tour a exhorté les participants à s’approprier les projets du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo et à multiplier les informations sur le Bassin du Congo.

Les participants ont été mobilisés pour parler d’une seule voix pour la promotion de l’Afrique centrale, de ses forêts qui pratiquement reste le dernier rempart pour la protection du climat mondial. Les activistes écologistes se réjouissent de cette activité qui pourra donner une vraie voix à l’Afrique centrale.

L’Atelier sous-régional d’accompagnement de la mise en œuvre de la stratégie de communication de la COMIFAC et ses pays membre et partenaires dans le cadre des grands événements internationaux a clos ses portes ce 30 juillet 2021, la COMIFAC se fixe comme prochaine étape faire recours aux lobbyings, aux journalistes pour des articles, plans de communication et aussi pour l’implication de certains journalistes pour qu’ils participent aux grands événements internationaux notamment : le Congrès Mondial pour la Nature de l’UICN qui se tiendra à Marseille ; la 15e conférence des parties sur la diversité biologique à Kumming et La 26ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP 26) à Glasgow.

Nous espérons que la COMIFAC prendra à bras-le-corps la participation des journalistes, et même des Etats afin que l’Afrique centrale parle.

Laisser un commentaire