• mar. Juil 23rd, 2024

Magazine socio-culturel

l'arc-en-ciel culturel

Au Sénégal, la société civile vent debout contre les propos de Kaïs Saïed sur les migrants

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Mar 13, 2023

Trois semaines après les déclarations incendiaires de Kaïs Saïed sur les migrants subsahariens et les violences racistes qui ont suivi, la colère ne désenfle pas au Sénégal. Plusieurs associations et organisations de la société civile demandent des excuses publiques du président tunisien. Des appels au boycott des produits de Tunisie ont également été lancés sur les réseaux sociaux. Reportage.

 

“Il faut mettre rapidement fin à la présence en Tunisie de hordes de migrants clandestins source de violences, de crimes et d’actes inacceptables.” Les propos polémiques de Kaïs Saïed, prononcés le 21 février, ont entraîné licenciements, agressions, expulsions violentes de migrants subsahariens en Tunisie. Une situation qui nourrit la colère au Sénégal.

Quinze associations se sont réunies au sein d’un “collectif des organisations et acteurs de la migration au Sénégal” pour réclamer des sanctions de la communauté internationale après la ligne rouge franchie par Kaïs Saïed.

“Le collectif recommande au président tunisien de prendre de la hauteur, de retirer ses propos, de présenter ses excuses à toute la communauté africaine et de s’engager à respecter et à faire respecter les droits des populations africaines sur son territoire”, exige le communiqué du collectif.

Le ministère sénégalais des Affaires étrangères a mis en place une cellule de crise. Contrairement à la Côte d’Ivoire et à la Guinée qui ont déjà organisé des vols de rapatriement de leurs ressortissants désirant rentrer au pays, Dakar s’est voulu plus mesuré dans sa réaction : un registre a été ouvert pour “recenser nos ressortissants qui souhaitent rentrer au Sénégal”, a indiqué le ministère, qui a précisé le 5 mars qu'”aucun incident concernant un compatriote n'[avait] été signalé en Tunisie”.

 

SOURCE : www.france24.com

Laisser un commentaire