• mer. Sep 22nd, 2021

LES ARTISTES ET PROMOTEURS CULTURELS CONGOLAIS SONT A L’AGONIES

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Sep 13, 2020

 

Alors que plusieurs secteurs ont déjà été deconfinés, le secteur de la culture jusqu’à nos jours ne sait toujours pas quand son activité pourra reprendre. Les grands concerts, spectacles et festivals ont tous presque été annulés pour cette année 2020.

Au Congo Brazzaville, il n’y a cependant aucune visibilité pour les conditions de reprise ; en attendant c’est plusieurs artistes, promoteurs culturels qui sont à l’agonie. Les lettres ouvertes et pétitions se font de plus en plus nombreuses pour alerter les pouvoirs publics sur la situation ; toutes ces questions, inquiétudes n’ont toujours pas obtenu de réponses concrètes ; sachant que les lieux de culte rassemblent également plusieurs personnes, mais ceux-ci ont été autorisés de réouvrir dans le strict respect des mesures barrières tout en limitant le nombre des fidèles. Les artistes et promoteurs culturels attendent beaucoup de la part des pouvoirs publics, ils n’en peuvent plus du suspense et regrettent le peu de réponses apportées jusqu’à présent.

 Il est bien clair que cette situation n’arrange pas les amoureux de la scène, surtout les entrepreneurs culturels. C’est toute une économie qui est à terre, car passé plusieurs mois sans spectacles, projections de films, festivals est un manque à gagner ; comme nous l’explique Lionel KOMBO DEBAYONNE << je pense que c’est un amalgame que les activités susceptibles de relancer l’économie soient arrêtées et que dans un pays comme le nôtre où la culture n’a pas la priorité des institutions, qu’on ne réalise que l’art et la culture sont un vrai levier de croissance>>.

Bien que certains se sont joints à la technologie en faisant des concerts en ligne. Cette situation devient préoccupante, les artistes crient au secours, bien que le secteur culturel soit assez particulier parce qu’il serait difficile de rassembler que 50 personnes par spectacle ou projection de film et de respecter les mesures barrières ainsi que la distanciation sociale. Malgré cela, certaines personnes comme le promoteur culturel Lionel KOMBO DEBAYONNE nous dit, je cite : << je suggère qu’on autorise la reprise des activités artistiques et culturels dans le respect des mesures barrières>>.

Nous savons également que la culture est un atout pour l’économie et le bien-être. De tous les secteurs frappés ardemment par le covid-19, on se demande donc pourquoi les responsables politiques devraient se soucier de celui de la culture ? Tout simplement parce qu’on pense que les arts et la culture sont un poste budgétaire nécessitant un flux constant de subvention avec le risque d’accaparer des fonds publics ce qui n’est pas trop le cas pour d’autres secteurs de développement économique plus lucratifs. Et pourtant il a été clairement prouvé que le secteur culturel apporte une contribution majeure à l’économie comme nous l’indique « BANQUEMONDIALE.ORG », les industries culturelles et créatives du monde entier en 2013 ont généré plus de 2 Milliards de dollars de revenus et employées 29 Millions de personnes ; puis en 2015, le marché des biens créatifs était estimé à 508 Milliards de dollars et toujours dans la même année les économies en développement ont exportés 250 Milliards de dollars de produits créatifs (articles de design, mode, audiovisuelle) ; les arts et la culture, comme tous les autres secteurs de la société, économiquement affecté ont besoin de l’appui des pouvoirs publics. Certains pays comme la Croatie, le Mexique, L’Afrique du Sud pour ne citer que ceux-ci ont lancés des programmes venant en aide aux artistes indépendants ayant perdu leurs sources de revenus à cause de la pandémie. Par contre au Congo-Brazzaville, jusqu’alors il n’y a pas d’écho concernant le programme d’aide comme nous l’indique le promoteur culturel Lionel KOMBO DEBAYONNE << il n’y a aucun mécanisme de subvention pour aider les artistes et promoteurs culturels de vivre et subvenir aux besoins de leurs familles en cette période de crise>>. Ce dernier reste toujours positif dans le sens de la réouverture voire la relance des activités de ce secteur dans ses propos << je pense que l’on peut deconfiner le secteur culturel sans qu’il y ait des incidents s’il est fait dans le respect des mesures barrières et si le couvre-feu est repoussé à au moins 22 h ou même 23h>>.

 

Espérons que d’ici peu, il y aura une suite favorable de la part du ministère de la Culture congolaise, car la culture favorise non seulement la résilience des communautés, mais aussi renforce la cohésion sociale. C’est à travers elle que les communautés pourront surmonter le traumatisme causé par cette crise sanitaire dû au covid-19.

 

Par Pendore LOUZOLO

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire