• lun. Sep 20th, 2021

Le corps des artistes comédiens congolais répond à l’appel lancé par le président Tshisekedi

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Nov 15, 2020

      Le président de la République, Felix Antoine Tshisekedi a reçu le 4 novembre dernier les responsables des artistes comédiens dans le cadre de ses consultations. En effet, après avoir constaté une crise persistante au sein de la coalition FCC-CASH, deux grandes puissances politiques congolaises, le chef de l’Etat avait initié des consultations des différentes classes sociales pour aboutir à l’union sacrée pour la nation. Les artistes comédiens estimant leur participation nécessaire n’ont pas voulu manquer à l’appel.

        « Nous avons compris que le président avait besoin des conseils des artistes comédiens parce que nous vivons avec la population » a déclaré MasumuNdungi dit Debrindet. L’intérêt général étant au cœur de ces consultations, ils ont démontré que leur rôle ne se limite pas seulement à égayer la population, mais s’étend jusqu’aux questions épineuses intéressant la gestion de l’Etat, surtout dans ce contexte particulier de crise qui frappe le pays. Faisant partie eux-mêmes de la population et connaissant bien le moult desiderata de cette dernière, ils ont profité de cette rencontre pour formuler ces desideratas en multiples conseils au chef de l’Etat pour le guider dans sa prise des décisions.

Le chef de l’Etat ne se contentant pas seulement de les recevoir, a promis de prendre en considération les divers conseils lui prodigué par la délégation de ces artistes ; ils peuvent ainsi se dire satisfaits.

D’aucuns regarderont à tort d’un mauvais œil l’incursion de l’art dans les questions qui intéressent la gestion de la chose publique, sans comprendre que le développement de l’art, voir son épanouissement dépend d’un contexte socio-politique stable et apaisé. Ceci étant un exemple parlant.

Les artistes africains en général, et ceux congolais en particulier devraient adopter une attitude positive et agissante, voir dynamique face aux multiples problèmes qui brident l’avancement de la gestion de la chose publique. Vecteurs, promoteurs de la bonne humeur, miroir de l’esprit détendu, les artistes devraient instruire, éduquer, conscientiser et éveiller les esprits flasques et engourdis à travers leurs œuvres.

L’art distille le beau, ne devrait-il pas être au service du bien ? Surtout le bien de tous.

 

Par Junior Mufuta

 

 

Laisser un commentaire