• mer. Sep 22nd, 2021

UNE FEUILLE DE ROUTE POST-ATELIER ADOPTÉE APRES 3 JOURS.

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Août 7, 2021

L’atelier régional de réflexion sur la définition des termes : forêt , déforestation et dégradation des forêts dans le contexte des forêts du bassin du Congo et leur périphérie en lien avec le développement de l’Afrique centrale prévu du 03 au 05 août 2021 a pris fin avec des résolutions claires et faisables, d’où la ferme engagement de la commission de la CEEAC de jouer pleinement son rôle à travers la mise en œuvre de la feuille de route post-atelier. Les résultats prévus devront être présentés au niveau des instances de la Communauté. À savoir le comité technique spécialisé environnement, ressources naturelles, Agriculture et Développement rural, le Comité inter Etats des experts, le Conseil des ministres des Affaires Etrangères / Relations extérieures, Finances et Intégration et la Conférences des Chefs d’Etat.

Brazzaville, capitale politique du Congo a abrité du 03 au 05 août 2021, l’atelier régional de réflexion sur la définition des termes : forêt, déforestation et dégradation des forêts dans le contexte des forêts du bassin du Congo et leur périphérie en lien avec le développement de l’Afrique centrale. Au cœur des discours, il était question que tous les pays membre de la communauté économique des états de l’Afrique centrale se retrouvent, réfléchissent au regard des enjeux sur le changement climatique, l’intégration économique, le marché du bois, la revalorisation des services environnementaux. Ces pays devaient se retrouvent afin d’avoir une définition commune et harmonisée sur les concepts de : forêt, déforestation et dégradation des forêts. Il tient à rappeler que les forêts du bassin du Congo font l’objet de t’attention de la part de la communauté internationale et il faut que ces forêts soient gérées de manière durable et que tous les acteurs se mettent ensemble pour harmoniser les vues autour des concepts : forêt, déforestation et la dégradation des forêts ; de manière à ce que les activités qui seront menées ou qui sont déjà menées dans la forêts ne puissent pas préjudiciaux l’avenir des écosystèmes . En 2e lieu, il était question de parler de la gouvernance forestière intégrée, voir comment et réfléchir dans quelle mesure les lois, les outils, les réglementations peuvent promouvoir une gestion durable des forêts. Et en dernier lieu, il a été évoqué la question sur les marchés, car la forêt doit être exploitée, mais aussi vrai qu’elle dois être conservée, de même que les communautés, les pays, les populations riveraines qui abritent ces forêts-là, puissent bénéficier des effets positifs de l’exploitation des forêts sous toutes les formes. En outre, les participants ont réfléchi, comment promouvoir l’intégration économique au niveau des pays du bassin du Congo afin d’éliminé les barrières économiques et promouvoir une fiscalité régionale responsable intégrée. 

En effet, la commission de la CEEAC prend le ferme engagement de jouer pleinement son rôle à travers la mise en œuvre de la feuille de route post-atelier de Brazzaville qui a été adopté. Les résultats prévus devront être présentés au niveau des instances de la communauté à savoir le comité technique spécialisé environnement, ressources naturelles, Agriculture et Développement rural, le comité inter Etats des experts, le Conseil des ministres des affaires étrangères/relations extérieures, Finances et intégration et la conférence des Chefs d’Etat.

L’atelier régional de réflexion sur la définition des termes : forêt , déforestation et dégradation des forêts dans le contexte des forêts du bassin du Congo et leur périphérie en lien avec le développement de l’Afrique centrale prévu du 03 au 05 août 2021 a pris fin avec des résolutions claires et faisables, d’où la ferme engagement de la commission de la CEEAC de jouer pleinement son rôle à travers la mise en œuvre de la feuille de route post-atelier. Les résultats prévus devront être présentés au niveau des instances de la Communauté. À savoir le comité technique spécialisé environnement, ressources naturelles, Agriculture et Développement rural, le Comité inter Etats des experts, le Conseil des ministres des Affaires Etrangères / Relations extérieures, Finances et Intégration et la Conférences des Chefs d’Etat.

Brazzaville, capitale politique du Congo a abrité du 03 au 05 août 2021, l’atelier régional de réflexion sur la définition des termes : forêt, déforestation et dégradation des forêts dans le contexte des forêts du bassin du Congo et leur périphérie en lien avec le développement de l’Afrique centrale. Au cœur des discours, il était question que tous les pays membre de la communauté économique des états de l’Afrique centrale se retrouvent, réfléchissent au regard des enjeux sur le changement climatique, l’intégration économique, le marché du bois, la revalorisation des services environnementaux. Ces pays devaient se retrouvent afin d’avoir une définition commune et harmonisée sur les concepts de : forêt, déforestation et dégradation des forêts. Il tient à rappeler que les forêts du bassin du Congo font l’objet de t’attention de la part de la communauté internationale et il faut que ces forêts soient gérées de manière durable et que tous les acteurs se mettent ensemble pour harmoniser les vues autour des concepts : forêt, déforestation et la dégradation des forêts ; de manière à ce que les activités qui seront menées ou qui sont déjà menées dans la forêts ne puissent pas préjudiciaux l’avenir des écosystèmes . En 2e lieu, il était question de parler de la gouvernance forestière intégrée, voir comment et réfléchir dans quelle mesure les lois, les outils, les réglementations peuvent promouvoir une gestion durable des forêts. Et en dernier lieu, il a été évoqué la question sur les marchés, car la forêt doit être exploitée, mais aussi vrai qu’elle dois être conservée, de même que les communautés, les pays, les populations riveraines qui abritent ces forêts-là, puissent bénéficier des effets positifs de l’exploitation des forêts sous toutes les formes. En outre, les participants ont réfléchi, comment promouvoir l’intégration économique au niveau des pays du bassin du Congo afin d’éliminé les barrières économiques et promouvoir une fiscalité régionale responsable intégrée. 

En effet, la commission de la CEEAC prend le ferme engagement de jouer pleinement son rôle à travers la mise en œuvre de la feuille de route post-atelier de Brazzaville qui a été adopté. Les résultats prévus devront être présentés au niveau des instances de la communauté à savoir le comité technique spécialisé environnement, ressources naturelles, Agriculture et Développement rural, le comité inter Etats des experts, le Conseil des ministres des affaires étrangères/relations extérieures, Finances et intégration et la conférence des Chefs d’Etat.

Image : Arts programmes

Laisser un commentaire