• sam. Nov 27th, 2021

Alexandra GUENIN et THÉÂTRE À LA CARTE

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Juin 29, 2021

Ecole d’Arts : Qui est Alexandra Guenin ?

Alex : Alors alexandra est une comédienne et propriétaire de la compagnie théâtre à la carte

Racontez-nous l’histoire de théâtre à la carte ?

Théâtre à la carte existe déjà depuis 4 ans et j’ai créé cette compagnie parce que j’avais remarqué au niveau des atelier dont j’animais un manque ; c’est-à-dire avec les élèves on n’en faisait pas assez, une heure par semaine c’était peu et donc voilà pourquoi j’avais décidé de créer théâtre à la carte qui à la base était pour jouer à domicile (chez les gens, dans les bars, restaurants hôtels…) puisque les gens ne venaient pas à nous ; nous sommes allez vers eux.

Parlant de votre parcours ?

J’ai commencé le théâtre dès le bas âge, j’avais 7 ans au Tchad, je suis monté pour la première fois sur les planches avec un metteur scène à Ndjamena et à cette époque il n’y avait pas grand-chose en 1990, donc il a eu l’intelligence de faire des spectacles, il avait besoin des enfants et c’est qu’est né mon amour pour le théâtre. Et je continu à le faire jusqu’aujourd’hui partout où je vais.

Quelle différence y a-t-il entre un humouriste et un comédien ?

Alex : Pour moi ce n’est pas la même chose parce qu’un humouriste n’est pas forcement obligé d’interagir avec quelqu’un d’autre sur scène ; c’est vraiment du stand up alors qu’un comédien joue en équipe et doit interagir avec ses partenaires sinon ce n’est pas du théâtre.

Quelle est l’importance de la comédie dans la société ?

C’est une fenêtre dans la société, c’est à travers elle qu’on peut passer des messages, posé des problèmes de société et en parlé aux autres

Hormis le théâtre, la comédie ; vous êtes aussi actrice de cinéma et vous figurez dans pas mal des films congolais, parlez-nous votre expérience ?

La première expérience que j’ai eu à faire c’était avec Michael GANDO avec qui nous avons monté le FICOMP (le festival des courts métrages la pointe noire) c’est vrai j’y ai pris gout, j’ai rencontré des ami(e)s qui sont peut-être plus passionné par le cinéma que par le théâtre mais nous avons ensemble fusionner le théâtre et le cinéma, vous êtes au courent que actuellement avec la pandémie à corona virus, nous ne pouvons plus faire spectacles comme avant et donc maintenant on se réinvente en créant et nous avons décidé d’aller un peu plus loin avec un ami à moi (Guelor) pour proposer autre chose au niveau de la télé ; des petites surprises qui sont en préparation.

Que pensez-vous du cinéma congolais ?

J’aime beaucoup, c’est pour cela que je soutien énormément le cinéma congolais, des gens comme Michael GANDO, Richi MBEBELE, Albe DIAHO se battent depuis longtemps pour faire émerger cet art ; ils ont peu de moyen mais ils essayent, ils ont des belles idées, ils écrivent bien. On n’a certes toujours pas le financement qu’on veut mais je pense que le cinéma congolais peut aller loin ; j’espère qu’il ira plus loin avec un petit coup de pouce financier.

Pensez-vous qu’un jour que le cinéma congolais pourra égaler Nollywood ?

C’est notre souhait bien sûr

Actrice, Comédienne, est ce qu’un jour on doit s’attendre à vous voir sur scène entend que musicienne ?

Mdrrr, non, c’est vrai que j’aime la musique mais je n’ai pas l’oreille musical.

Pourquoi avoir choisi d’évoluer principalement au Congo Brazzaville ?

Alex : J’aime ce pays, de tous les pays que j’ai fait c’est vraiment au Congo que j’ai trouvé une gentille population, des gens adorables, qui m’ont accepté et du coup le Congo c’est mon pays d’adoption.

Êtes-vous franco congolaise ?

Non, je suis né en Guyane, j’ai la nationalité française mais oui je aussi congolaise via mon mari et mais enfants sont Franco congolais.

Comment gérez-vous les répétitions en cette période de crise sanitaire ?

On s’organise différemment, comme je disais tout à l’heure, on ne peut plus être sur scène, faire de spectacle, on ne peut plus avoir de public. Donc là on est plutôt orienté vers le cinéma, nous avons créé des petites séries et nous faisons venir des groupes des acteurs petit à petit, on construit des plans de travail et voilà. On ne peut rester bras croisé, nous préparons des petites surprises qui vont être diffusé à la télé et sur les réseaux sociaux

Et comment allez-vous relancer les activités ?

Beh vu qu’on se prépare, on a beaucoup des choses à relancer, il y aura une grosse ouverture de saison à la pyramide avec un maximum d’activités, ce sera une belle saison 2020-2021

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez actuellement et depuis que vous êtes dans le théâtre ?

Les finances, on a beaucoup à faire mais avec un budget moindre, j’aimerais bien qu’il y ait une vraie structure pour qu’on puisse bien payer les comédiens convenablement et c’est grâce au public que les comédiens sont payés. Quand on fait des places 10.000fcfa les gens disent que c’est cher mais ils oublient qu’on a aucun financement. Mais nous faisons des spectacles pour tout le monde et on arrive à se retrouver et à faire plaisir aux gens.

Quelle rapport votre activité a avec l’éducation ?

C’est très important, comme je disais le théâtre c’est une fenêtre sur la vie, on apprend à comprendre la société, à écouter. J’enseigne les enfants et c’est vraiment un réel plaisir de les voir s’épanouir.

un mot aux passionnés du théâtre

Venez au théâtre, venez découvrir les artistes et pour ceux veulent se lancer également venez il y a des cours.

Laisser un commentaire