• mer. Sep 22nd, 2021

La CEEAC bénéficie d’un atelier régional de réflexion du 3 au 5 Août 2021

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Août 5, 2021

Brazzaville abrite du 3 au 5 août 2021, atelier régional de réflexion sur la formalisation et définition des concepts ” foret”, déforestation” et dégradation des forêts en Afrique centrale. Un atelier avec pour objectif général la contribution à la levée des contraintes de la participation des produits agrosylvopastoraux issus des zones rurales (dites forestières) au développement durable des pays de la CEEAC, ainsi que leur positionnement sur les marchés nationaux, régionaux et internationaux.

Considéré comme étant les moins dégradées de la zone tropicale comparativement à celle des deux autres massif forestier tropicaux du monde à savoir l’Amazonie et l’Asie du Sud en raison de la faible pression entropique qu’en y observe combiné au faible niveau d’infrastructure qui induit les difficultés d’accès dans ses forêts, les forets du bassin du Congo enregistré encore un très faible taux de déforestation, situe à 0,05 % soit 17 mille hectare par an de perte de forêt naturel dans la zone forestière d’Afrique centrale.
les objectifs et résultats attendus du présent atelier prévu sur 3 jours sont à la mesure des attentes des fils et filles de la sous région qui espère profité au maximum des retombés de leur effort consenti en matière de gestion durable des forêts, c’est par ces mots que Madame la Ministres ROSALIE MATONDO a déclaré ouverte l’atelier régional de réflexion sur la formalisation et définition des concepts forêt , déforestation et dégradation forestière dans le contexte des forets du bassin du Congo et leurs périphérie en lien avec le développement de l’Afrique centrale.
Pour sa par M. honore TABUNA, commissaire en charge de l’environnement, ressources naturelles, agriculture et développement rural de la commission de la communautés des états de l’Afrique centrale a précisé que cette atelier technique a une double importance pour la commission de la communauté , premièrement , il se tien après la 19e session de la conférences des chef d’états et des gouvernement de la CEEAC dont les lampions se sont éteints le 30 juillet dernier sous le patronage de Son excellence monsieur DENIS SASSOU NGUESSO, président en exercice de la CEEAC et deuxièmes sa tenue marque le lancement dans cette ville, lieu de plusieurs événement historique de la diplomatie des forets du bassin du Congo, du processus du développement et de la promotion du système de l’économie forestière durable de l’Afrique centrale.

Parmi les résultats escomptés au terme des travaux, nous notons le projet de déclaration des Ministre sectoriels sur la définition des termes foret, déforestation et dégradation des forêts adaptée au contexte des forêt du bassin du Congo et leur périphérie, l’adoption de la feuille de route post-Brazzaville pour la mise en œuvre des recommandations de cet atelier.
Financée par l’Union européenne à travers le Programme Écosystèmes fragilisés d’Afrique centrale (ECOFAC VI), la CEEAC, le gouvernement congolais, l’UNESCO et WWF, cette rencontre régionale se déroulera pendant 3 jours et regroupera les hauts responsable de l’Administration en charge de forêt et de l’agriculture des onze pays membre de la CEEAC.
Pour cet atelier, vont également y participer : les experts en charge de gestion durable des forêt, de l’agriculture, et du développement rural de la CEEAC, les représentants de secrétariat exécutif de la COMIFAC, les représentants de la commission de l’union africaine (UA), le représentant de l’AUDA-NEPAD, les organisations de la société civile, le réseau de peuples autochtones et locaux, les institutions partenaires des secteurs foret et agriculture, les medias nationaux, sous régionaux et internationaux à travers le réseau des communicateurs pour l’environnement et l’information en Afrique centrale (RECEIAC).

Au-delà de l’économie du bois et celle des produits forestiers non ligneux, la commission de la communauté tient à accompagner ces états membres pour bâtir une économie forestière durable, hyper diversifier dans l’intérêt du développement de la sous région.

Laisser un commentaire