• sam. Oct 1st, 2022

ABETI MASIKINI

Ecole d'arts

Byecole d'arts

Sep 9, 2022

ABETI MASIKINI
De son vrai nom Élisabeth FINANT MASIKINInée le 09 novembre 1954.
En 1971, elle participe à un concours de découverte des jeunes talents organisé par l’artiste Gérard MADIATA ou elle obtiendra la 1ere place.
Présenté par LUKUNKU SAMPUKAYUMBI BEYA et KYAMUANGANA MATETA (Verckys). Elle se fera remarquer par Monsieur Gérard AKUESON célèbre producteur musical, qui deviendra son manager plus tard son époux.
Son 1er 45 tours fut enregistré au Togo dont les titres « Mutotowangu et safari », avec ses musiciens mauriciens, elle sillonnera toute l’Afrique de l’Ouest. Au Nigeria, elle enregistrera dans le même studio que le grand Fêla le roi de l’afrobeat.
Le 19 février 1973, alors qu’elle n’a que 19 ans, elle fait un triomphe à l’Olympia de Paris et cela l’a permis de rencontrer plusieurs vedettes françaises comme Mireille MATHIEU, Hugues AUFFRAY et côtoyer les plus grands du monde tels que : Mohamed Ali, James BROWN, Miriam MAKEBA, le roi Pelé et tant d’autre. Son premier album fut parrainé par le grand couturier français, Pierre CARDIN.
En septembre 1977, elle s’envole pour Paris, enregistrer un nouveau disque intitulé « visage », produit par Slim PEZIN, arrangeur et producteur très connu dans le monde musical française. La direction artistique assurée par son manager Gérard AKUESON.
Abeti se lance dans la nouvelle tendance qui est le « disco » sans perdre son originalité. La même année, elle fait une tournée en Afrique de l’ouest. Elle attire l’attention d’une radio Néerlandaise ou elle tournera un film aux Pays-Bas.
Elle rentre au pays en 1978, afin de faire la promotion de son album et elle opère un grand changement, ces spectacles deviennent glamour et plus modernes. L’album connaîtra un succès non seulement à Kinshasa, mais dans tous les hits afro caribéens durant des mois.
En 1978, Abeti récidive avec un autre opus arrangé par Slim PEZIN.
Abeti se produit à Londres en 1979, dans la salle royal, Albert Hall. À son retour à Kinshasa, elle s’associe avec Franco LUAMBO MAKIADI pour l’enregistrement de leur single qui comporte deux titres : « Napesiyombote » qui fera un sera un succès populaire sur les deux rives et « bifamuri ». Ce succès permet a Abeti de faire asseoir définitivement sa popularité au pays.
L’album « Mokomboso » sort en 1980. Au mois de mars de la même année, la chanteuse chinoise interprète deux de ces titres : « Bisuivra suivra » et « Motemapasi », lors de la visite officielle du feu président Mobutu en chine.
En 1981, à l’ occasion de ses 10 ans de carrière, Abeti sortira l’album 10e anniversaire arrangé par Sammy MASSAMBA. L’un de titre « chéribadi » sera un succès au sein de la communauté congolaise et la rumba deviendra son rythme de prédilection.
En 1982, l’album « Abeti » contenant les titres comme : « I love you » qui fut un succès ; « Jalousie » et une reprise de « Napesiyombote » lui donnera un disque d’or avec plus de 3 000 000 exemplaire vendu en Afrique.
En 1986, Abeti s’installe à Paris et sort l’album « Je suis fâché » dont le titre phare est écris et arrangé par le camerounais Georges SEBA. L’album est un disque d’or.
En 1987, avec la même équipe, elle sort l’album « colère » dans lequel elle lance « Soukous parfumé ».
Le 24 septembre 1998, avec l’appui de son fan club international, elle se produit au Zénith de Paris devant 5 000 personnes, ce concert auquel prennent par plusieurs artistes tels que : Pépé Kallé, Bernard Lavilliers, Manu DibanguGeorgeSeba et François Lougah. Le concert sera diffusé en direct de RFI. Le succès de ce concert lui vaudra un contrat avec la firme internationale » Polygram ».
1989, elle va réaliser son rêve de se produire en chine pour 17 galas. Cette même année, elle chantera dans la salle mythique « Appolotheater » à Harlem à New-York aux Etats-Unis.
Le dernier album de la reine de soukous verra le jour en 1990. Elle livrera son dernier concert dans la salle LSC à la nuit du réveillon 1993. La maladie l’éloignera de son public et elle meurt le 28 septembre 1994 à Paris de suite d’un cancer.
Abeti MASIKINI, affectueusement appelé « tantine Abeti » fut l’une des artistes africaine à avoir révolutionné la musique sur le continent.
Bertrand Nguyen MATOKO va l’immortaliser dans un livre intitulé « ABETI MASIKINI la voix d’or du Zaïre ».

 

 

Image : youtube

Laisser un commentaire